Les restes

Arrachées à la nuit d’une mémoire effritéeQuelques bribes morcelées s’accrochentVagues sensationsFourmillement de penséesGoût fanéFragiles échosIl manque l’histoire en son entierIl n’y a plus que des mots écorchésSans sensQue le sommier sans bourreAux ressors comme des nidsLogent en pensées disperséesLa bourre n’est plus marquée des pas de l’endormiQu’elle buvait doucementPour un jour restituer le cheminBordé de …

La porteuse

Ce que j’aime dans le français c’est sa pauvreté de sons et sa richesse d’échos. L’amer, la mer, la mère, l’âme erre, lame d’air …. Oui, il y a un D, mais le dé c’est pour coudre les mots et jouer au hasard, dans l’allée à Thouars – jolie petite ville où il doit y …

L’égyptien

Comme les rêves sont curieux à tout mélanger et rendre cohérent les absences de sens. Mes doigts sont pleins de mots qui me semblent inventés à les regarder là, sur la toile. Les brumes du sommeil habitent encore les idées que ces mots aimeraient dire et que je cherche à comprendre. J’imagine les avoir vus …

L’épaulé

Il porteLes pieds chaussés de tombesIl marcheIl est les mères qui ne sont plusSe noyer n’est pas suffisantIl faut avancerPorter même en vacillantDéchirer les nuits aux doigts glacésQui fripent la penséeNe pas oublierNe pas glisserDans le brouillard de l’absenceIl faut marcherEt porterEux et moiSurtoutDevenir un géantPour les bercerNous bercerAu soleilDe la vie

Les deux baisers

Remets moi un p’tit jaune patron. Non, t’as raison, j’ai pas l’moral. Le jaune je le vois comme un smog, comme une sanie, comme une flaque de pisse. Pourtant j’aime bien le jaune, comme celui des boutons d’or par exemple. Ha, j’en ai offert des boutons d’or, surtout à ma voisine qui disait que le …

Sans sentiments

Cette toile a un mystère invasif que les peintres qui visitent l’exposition du travail d’AÏNI, reconnaissent, ou plutôt ressentent. Outre les reliefs de bourre, AÏNI a travaillé le fond de cette toile comme on creuse d’abandon, en marquant de sillons le mur qu’il faut quitter. C’est de l’eau qui ruisselle et qui entraîne le regard …

La croix faucheuse

Comme dans les « Tontons flingueurs » on pourrait dire « y en a » en parlant du mysticisme chez Aïni, qui, dans cette toile y va carrément côté symbole, je parle de la croix ! Bien que …. Vous souvenez-vous de Caligula, le film de Tinto Brass de 1979 dans lequel une machine à tuer coupe les têtes ? Une …

Le retour en arrière

Le retour en arrière est un espoir impossible. On ne peut pas effacer ce qui a été et s’il nous était possible de remonter le temps, que ferions nous de notre mémoire qui nous ferait vivre ou revivre les événements passés à la lumière du regret ou de l’envie. Nous sommes ainsi faits que remonter …

Les gémeaux

Je suis collé à ses lèvres, devinant ses mots avant lui, mais ne les disant pas. Ce sont ses mots à lui, ou à elle. Moi, je ne sais pas si je suis lui ou elle. Le Moi, même me gêne. Je me contente du Je par facilité, me demandant si ce n’est pas de …

Le retour d’Ulysse

De retour, Ulysse, le rusé aux belles cnémides, à qui il ne faut pas la faire, bande. Pénélope, sa femme à lui, pas celle de l’autre aux sourcils broussailleux, il ne l’a pas vu depuis plus des lustres. Il rentre d’un voyage un peu particulier qu’il a fait avec des copains pour régler leur compte …